Ondes électromagnétiques fatigue : quel degré de responsabilité ?

Ondes électromagnétiques fatigue : quel degré de responsabilité ?

Dans un rapport qui date de 1981, la NASA recense différents effets supposés des ondes électromagnétiques dont le mal de tête, certaines douleurs musculaires, un épuisement au niveau du système nerveux et même certains cancers. À l’époque, le rapport en question est émis par l’agence spatiale américaine au profit des astronautes, spécialement impactés par le phénomène.

À travers ces quelques lignes, nous essayerons de vous expliquer les différents effets des ondes électromagnétiques sur le corps humain en nous appuyant sur des études scientifiques fiables.

Les effets indirects des ondes électromagnétiques

Parmi les maux que peuvent nous causer les champs électriques statiques, il y a les réactions cutanées. En fait, les personnes exposées à ce phénomène si nouveau à l’échelle de l’histoire de l’humanité subissent au niveau de la peau une modification des charges électriques. Cette dernière est particulièrement perçue dans les poils et les cheveux avec un seuil de sensations désagréables estimé à 25 kV/m et un seuil de perception à 10 kV/m.

Les effets dus aux courants induits

Ce type de conséquences dépend de la densité du courant que l’on retrouve dans notre organisme. Il résulte de la production d’un champ électrique que produit notre corps et sa conductivité. En sachant que l’unité de mesure de cette densité est « A/m² » (ampère par mètre carré), voici les effets causés par les courants induits selon leur densité :

  • Aucune conséquence connue en dessous de 10 mA/m² ;
  • Des maux visuels et nerveux de 10 à 100 mA/m² ;
  • Les tissus excitables sont stimulés de 100 à 1000 mA/m² ;
  • Une fibrillation est perçue au-delà des 1 000 mA/m².

Les troubles visuels causés par les ondes électromagnétiques

Il arrive souvent que les personnes en contact avec des ondes électromagnétiques ressentent ce que l’on appelle les « magnétophosphènes ». Ce sont des troubles qui se caractérisent par la perception de tâches visuelles. Cela est possible lorsque l’on est confronté à une fréquence d’environ 20 Hz et à un seuil d’intensité variant de 2 à 3 mT. Lorsque cette fréquence atteint les 50 Hz, les maux sont perceptibles dès une exposition de la tête à une induction magnétique située entre 4 et 6 mT.

La cancérogénicité des ondes électromagnétiques

Les champs électromagnétiques de très basse fréquence (en dessous de 100 kHz) furent catégorisés par le CIRC en tant que « peut-être cancérogènes pour l’Homme », une catégorie appartenant au groupe 2B. Cela a eu lieu suite à des études épidémiologiques qui démontrèrent les fortes chances qu’ont les enfants exposés en permanence à des lignes de hautes tensions à développer une leucémieconcerogenicite ondes electromagnetiques

Le même organisme classa en 2011 les champs électromagnétiques radiofréquences dans la même catégorie et le même groupe. Cette fois, c’était sur la base d’études épidémiologiques qui prouvaient les risques que les humains courent à cause de l’utilisation des smartphones pour développer le gliome. Il s’agit en fait d’un genre de cancer malin qui atteint le cerveau.

Jusqu’à présent, les spécialistes n’ont pas prouvé la causalité entre l’exposition à des ondes électromagnétiques à très basse fréquence et le cancer du sang. Par conséquent, il est encore impossible d’attribuer un caractère cancérogène aux champs électromagnétiques de hautes ou basses fréquences.

Les effets indirects des ondes électromagnétiques

Faute de pouvoir prouver leur « criminalité » directe contre les humains, il est possible toutefois de dire que les ondes électromagnétiques causent des effets indirects provoquant des dommages, des accidents ou des aggravations de situation de travail dangereuses. On parle alors :

  • Des étincelles qui apparaissent et déclenchent des explosions ou des incendies ;
  • Des composants électroniques de systèmes qui risquent de provoquer un dysfonctionnement ;
  • Des champs statiques puissants qui causent la projection d’objets ferromagnétiques.effets indirects ondes electromagnetiques

Les conséquences indirectes relatives aux basses fréquences résultent des courants de contacts. L’apparition de ces derniers se fait quand on touche quelque chose de métallique isolée de la terre et présent au niveau du champ. Ces effets sont alors perceptibles au-delà d’une limite définie et dépendante de la fréquence.

L’hypersensibilité électromagnétique

Les médecins et spécialistes recensent des personnes se plaignant de symptômes aléatoires. Elles parlent alors d’asthénie musculaire ou physique, de pertes de mémoire, de fatigue, d’apathie s’accompagnant d’une forte irritabilité, des maux de tête, des vertiges, de troubles du sommeil entre autres maux.

De caractère environnemental ou professionnel, prouver la causalité des ondes électromagnétiques dans ces symptômes réversibles et non spécifiques n’est pas du tout chose aisée.

En effet, et jusqu’à nos jours, les études scientifiques n’ont pas assez de preuves pour définir un lien entre le ressenti des personnes hypersensibles et leur exposition permanente ou semi-permanente à des ondes électromagnétiques aux intensités différentes au quotidien. Aussi, rien ne montre encore avec certitude que les personnes dites non sensibles sont moins confrontées aux effets des ondes électromagnétiques que celles dites électro-sensibles.

Par contre, on sait que les personnes hypersensibles aux ondes électromagnétiques souffrent réellement. Leurs symptômes doivent donc être pris au sérieux en leur administrant des traitements de prise en charge pluridisciplinaire. Enfin, il est important que les patients soient soignés au plus tôt après que les symptômes s’eussent manifestés.

Daniel

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *